Le métier du chauffeur de taxi

Le métier du chauffeur de taxi démystifié:

 taxi montreal

Afin de vous faire découvrir en détail le métier de chauffeur de taxi
 et en quoi consiste son travail, c’est quoi ses outils et comment fait-t-il son travail au quotidien? Cet article vous apprendra tous ses aspects.

 

Notions générales sur le taxi

 

Pour commencer, c’est important de savoir c’est quoi un taxi?

 

C’est un véhicule destiné à transporter une personne ou un colis d’un point à un autre par un trajet le plus direct, moyennant un montant d’argent qui correspond au prix de la course encourue.

 

L’activité diffère des transports en commun par le fait que l’opération se fait de porte à porte, c’est-à-dire que le taxi laisse son client à une destination précise, une adresse exacte.

 

Il est important de savoir que le prix de la course d’un taxi varie selon la distance parcourue et s’il y a lieu, le temps d’attente. Grace au taximètre, il ne peut y avoir d’arnaque puisque ces appareils sont régulièrement contrôlés par un organisme agréé par la CTQ qui délivre un certificat de vérification du taximètre et ce dernier doit être toujours scellé.

Le véhicule taxi doit être toujours en très bonne condition et propre afin que la sécurité des passagers soit assurée et le chauffeur confiant car son outil de travail – la voiture – est dans un état impeccable.

 

Les cinq qualités indispensables pour être un bon chauffeur de taxi ?

 

Les qualités indispensables pour se lancer dans le métier de chauffeur de taxi sont :

–          Un courage à toute épreuve,

–          une santé de fer pour être d’une grande forme physique car rester assis derrière son volant pendant de longues heures n’est pas toujours une partie de plaisir,

–          être sociable et aimer travailler avec le public afin d’offrir un excellent service, fidéliser les clients et recevoir de généreux pourboires, particulièrement de la part des touristes.

–          Connaitre sa villes et son histoire car vous servirez en quelques sortes aux touristes d’un véritable guide,

–          et enfin, aimer conduire et être d’une vigilance sans faille sur la route.

 

 

Si vous préférez travailler 35 heures par semaine, ou cherchez à gagner convenablement votre vie en travaillant 8 heures par jour, en profitant des fins de semaines et vacances, ni pensez-y même pas, car ce métier n’est pas pour vous.

Car de jour comme de nuit, de fin de semaine et jours fériés le chauffeur de taxi, travaille aussi longtemps qu’il y a des clients à transporter, des courses à faire et de colis à livrer.

 

Les conditions de travail sont parfois difficiles, je peux vous citer le stress de la conduite, contrainte d’être assis dans son véhicule pendant de longues heures, travailler à différentes conditions métrologiques, tempêtes de neiges, été comme hiver et manger toujours à des heures variables quand cela lui est possible.

 

Un chauffeur de taxi travaille entre 12 heures et 18 heures par jour, voire plus. Il travaille 6 à 7 jours par semaine. Le chauffeur de taxi ne se contente pas seulement d’attendre les clients et de les conduire d’un point de départ à une destination quelconque. S’il veut travailler de façon rentable, il a tout intérêt à établir une stratégie et une façon d’organiser ses journées. Il doit savoir se trouver aux bons endroits (gares, aéroports, boîtes de nuit, clubs, discothèque…) et au bon moment, autrement dit, il doit être au courant et à l’affût des nouvelles politiques, sportives et culturelles et aussi des événements qui se tiennent en ville!

Même le propriétaire d’un taxi n’aura une bonne condition de travail que lorsqu’il aura remboursé son hypothèque et ses crédits d’achat de permis de taxi (200000$ en 2012), et de la voiture.

En contrepartie, le métier a ses avantages et ses points positifs. Le chauffeur de taxi a l’avantage de pouvoir organiser son temps de travail, être le seul maître à bord. Il est en quelque sorte son propre patron, son propre  »BOSS ».

 

Son instrument de travail est sa voiture équipée des outils de la profession tel un taximètre – aussi appelé compteur horokilométrique – est en effet installé dans le véhicule et calcule automatiquement le prix de la course, l’indicateur de tarif, système de communication radio, système d’information sur le trafic, terminal de paiement par cartes de crédits et débits, outils de téléphonie mobile, etc.

Deux statuts différents cohabitent dans la profession : les propriétaires conduisent leur propre véhicule et les chauffeurs locataires le louent à des prioritaires de véhicules taxi ou de propriétaires de flottes de taxis.

 

Propriétaire ou locataire, le « taxi » doit obtenir un « Un permis de chauffeur de taxi «Pocket ». Il ne peut exercer que dans la zone pour laquelle il a obtenu un permis pour.

 

Comment évolue le chauffeur de taxi?

 

Un peu comme un locataire de son appartement qui change de statut pour devenir propriétaire de sa maison, le chauffeur de taxi peut commencer comme chauffeur-locataire et espérer devenir prioritaire de son taxi et si tout va bien devenir propriétaire de sa compagnie de taxi ou de sa flotte. Au Québec, une compagnie ne peut avoir plus que 20 permis de taxi. Mais bon! Il y a toujours un moyen de détourner cette Loi, comme dans toute chose!

 

Le statut de chauffeur-locataire est bien souvent un passage intermédiaire avant de pouvoir exercer en tant que chauffeur-propriétaire, dans l’attente d’avoir l’expérience requise et la possibilité financière d’acquérir son permis de propriétaire de son permis de taxi.

 

Les chauffeurs de taxi peuvent orienter leur activité vers des transports spécialisés : scolaires, transport adapté aux personnes à mobilité réduite, livraison de médicaments etc.

Le transport par taxi est privé, c’est-à-dire le client loue le taxi et il est maître à bord. Par contre, on trouve aussi des taxis qui font transport public ou autrement dit taxi collectif, dans lequel plusieurs clients peuvent s’y trouver qu’on retrouve habituellement à certain terminus de train, de métro et d’autobus. Ils ont des contrats, en général, avec les compagnies de transport comme la STM, la RTL ou l’ATM.

 

Quel salaire gagne un chauffeur de taxi?

 

Le salaire d’un chauffeur de taxi se fait en moyenne à l’année car les journées et les semaines ne se ressemblent pas toutes, il y a des bonnes, des moins bonnes et des mauvaises. Selon ma propre expérience personnelle, ma meilleure journée était de 350$ et ma pire journée était de 17$. Il est très difficile de donner des chiffres relatifs aux salaires d’un chauffeur de taxi. De nombreux paramètres entrent en ligne de compte : statut, ville, nuit/jour, pourboires. En tant que chauffeur locataire d’un « taxi » peut envisager, en ville, un salaire NET moyen autour de 1 600/1 800 $ par mois. En tant que propriétaire, certains avancent des revenus NET possibles de l’ordre de 3000/3400 $ mensuels.

 

Vous voulez quand-même exercer le métier du chauffeur de taxi ?
Maintenant, si vous voulez quand-même faire le métier de chauffeur de taxi à l’issue de ce que vous venez de lire, alors, je vous invite à lire mon article comment-devenir-chauffeur-de-taxi/

Ceci dit, alors bonne chance à tous les futurs chauffeurs de taxis !

Michel pelletier

Je trouve déloyale Que uber, tolérence zéro et autres viennent nous prendre une partie de notre clientèles. mon mon permis m’a couté cher et je suis règlementer. Pourquoi pas eux?

Espace Taxi

Merci Michel pour ton commentaire. Effectivement, comme toi et moi, il y en a beaucoup d’autres qui subissent une concurrence déloyale. Tout le monde le sait qu’Uber n’a jamais respecté les lois et de loin l’entente avec le gouvernement et le ministre des transport.

Laisser un commentaire