UberX : Uber lance son application de covoiturage commercial à Montréal

uberxC’est aujourd’hui (hier) à 10heure du matin qu’Uber a lancé son application de covoiturage commercial dans la métropole montréalaise.
Ce qui veut dire que dorénavant, toute personne qui le désire, peut s’improviser chauffeur de Taxi à Montréal et ce quand bon lui semble.

Continue reading UberX : Uber lance son application de covoiturage commercial à Montréal

GO HABS GO!

 

habs1Avez-vous remarqué cette voiture en couleurs des Canadiens de Montréal qui sillonne les rues de la métropole ces derniers jours de la fièvre du hockey?
 
En tous les cas, ce Fan s’est bien démarqué de tous les autres FANS, en décidant tout simplement, de peinturer son véhicule de collection en couleurs du CH.
 
Il est bien visible et il ne passe jamais inaperçu sans que les curieux ne lui posent des questions ou ne prennent une photo souvenir.
 
C’est ce soir donc,  à Boston que se décide si les canadiens de Montréal feront la joie grandissante de leurs «Fans» et passer au tour suivant de la finale de l’Association de l’Est.

Est-ce que c’est les Canadiens de Montréal qui affronteront les Rangers de New York?

Dans l’ambiance festive, les fans du CH manifestent leurs joies de de différentes manières : Déguisement, maquillages, chandails du CH et j’en passe.
Peut-être avez-vous remarqué ce jeune couple qui se balade sur cette voiture dans les rues de Montréal?
La meilleure pour moi, est ce grand fan qui a complètement peinturé sa voiture de collection des années soixante en drapeau du canadien de Montréal
Ces photos prises au coin d’Iberville et Notre Dame-Est,  lundi dernier avant le sixième match de la série au centre Bell Bruins VS  CH.
On croise nos doigts pour nos héros et en leurs souhaite la meilleur des chances.

Go Habs Go!

#Canadien de Montreal
#Canadien de Montreal

Les Piliers de la terre

kingsbridge4Les Piliers de la terre (titre original : The Pillars of the Earth) est un roman historique de Ken Follett, écrit en 1989, et publié en français en 1990.ken follett

 

Prologue

 

L’histoire se passe en Angleterre du XIIe siècle et tourne autour de la construction d’une cathédrale par le prieur du village  de Kingsbridge. L’intrigue couvre une période allant du naufrage du « Navire Blanc » Blanche-Nef en 1120, qui laissa la couronne d’Angleterre sans héritier et eut pour conséquence la guerre civile, jusqu’à l’assassinat de l’archevêque Thomas Becket dans la cathédrale de Cantorbéry en 1170. Elle mêle les tensions entre le pouvoir monarchique et l’Église, l’un et l’autre convoitant le pouvoir de l’autre, les rivalités familiales et amoureuses entre des personnages issus de couches sociales très différentes, allant du hors-la-loi au comte en passant par l’artisan en quête de travail.

 

Le roman bénéficie manifestement de recherches approfondies effectuées préalablement par l’auteur concernant le développement de l’architecture gothique et l’histoire du royaume d’Angleterre.

 

Une suite, intitulée Un monde sans fin (World Without End), est parue en 2008. Les Piliers de la terre a été vendu à 15 millions d’exemplaires à travers le monde, ce qui en fait un best-seller.

 

 Ce que j’ai aimé le plus dans ce livre

 

Le livre est riche en enseignements. Il touche, entre autre des notions de bases fort utile :

 

–          en gestion, ressources humaines, en architecture, en géométrie, en physique, en création d’entreprise, en partant de rien et en devenant prospère, en négociation, en conventions et bien plus.

 

Comme je l’ai dit c’est impressionnant comme il touche vraiment à tous les aspects de la vie malgré que ce soit de l’histoire mais les enseignements sont encore vrais et valable de nos temps modernes.

 

La soif du pouvoir exercé par l’église, les comtes et les rois et jusqu’au ils sont capables d’y aller pour arriver à leurs fins, ça n’a pas changé de nos jour, non plus.

 

A lire absolument.

 

À écouter

 

Et à voir

 

Le film ne peut pas être tel qu’écris dans le livre, il y a eu des modifications pour adapter les scenarios pour la TV.

 

CONSEIL : Il est important de lire ou écouter le livre en premier avant de voir le film.

 

 

– Le livre vers la fin, ressemble à un résumé, les scènes qu’on détaillait au début du livre vers la fin ont dirait que l’auteur a hâte de terminer l’écriture de son livre et ne s’arrête pas longtemps sur les détails. Heureusement que la qualité est toujours présente.

 

Ce que je veux dire vers la fin il ya plus de choses que se passent que ce qui était au début.

 

La fin du livre est plus excitante, ave les années passées, Kingsbridge, maintenant est fortifié et résiste aux évasions du compte de Shiring William Hameliegh. Aussi aux hors la Loi, affamé, à cause de la mauvaise gestion de ses biens et de son comté. Ce qui a engendré une famine grave, une crise financière et une augmentation exorbitante des prix des vivres.  Ce qui force les hors la loi à attaquer les réserves du prieuré de Kingsbridge mais en vain avec richard de Kigsbridge (fils de l’ancien comte de shiring Bartholemieu) mais en vain avec Richard maintenant vigile de Kingsbridge est excellent spécialiste de la guerre, qui suite à une idée de sa sœur Aliena, organisa les hors la loi pour des attaques contre William Hameleigh et la récupération de son titre de comte de Shiring, serment qu’avait fait à son père mourant dans un Cachot du château du Roi Stephen.

 

 

Présentation du livre Les piliers de la terre

 

Le récit, se passe en 1123, il décrit une scène de pendaison d’un jeune homme roux, accusé de vol. À l’issue de l’exécution, une jeune fille enceinte, ayant assisté à la scène, écœurée par cette injustice, maudit alors le chevalier, le moine et le prêtre ayant condamné le pendu, et s’enfuit.

 

 

 

L’histoire commence par les difficultés de la famille de Tom le bâtisseur : Sa femme Agnès, son fils aîné Alfred et sa fille Martha. Tom le Bâtisseur est un maçon pauvre mais respectable, qui travaille à la construction d’une nouvelle maison pour le jeune propriétaire terrien William Hamleigh, que ses parents espèrent marier à dame Aliena, fille du comte de Shiring. Mais Aliena le repousse et William, jeune homme impétueux et égoïste, interrompt avec rage les travaux. Les ouvriers se retrouvent sans travail, à la fin de l’été, Tom et sa famille n’ont d’autre choix que de prendre la route pour chercher du travail. Ils parcourent un peu tout le sud de l’Angleterre. En plein hiver, toujours sur les routes à la recherche de travail, après avoir été attaqués par des brigands, l’épouse de Tom, Agnès, meurt dans la forêt après avoir donné naissance à leur troisième enfant. Tom ne peut pas nourrir l’enfant et décide de le laisser sur la tombe de sa mère, emmenant avec lui ses autres enfants, Martha et Alfred. Tom et sa famille rencontrent dans la forêt Ellen, une jeune femme éduquée vivant en hors-la-loi dans la forêt avec son fils Jack. Tom, honteux d’avoir abandonné l’enfant sur la tombe de sa mère, décide d’aller le chercher mais il n’y est plus, il a été emporté par un prêtre, le frère de Philip. Tombée amoureuse de Tom, Ellen décide de le suivre avec son fils Jack. Alfred est immédiatement hostile à Jack, dont il envie les connaissances. Contrairement à lui, Jack a appris à lire et est intelligent. Leur chemin de famine et de pauvreté les mène au projet de construction d’une nouvelle cathédrale à Kingsbridge, objet d’un conflit entre le prieur Philip et son évêque Waleran Bigod.

 

 

 

Le frère de Philip, Francis, également prêtre, est le secrétaire de Robert, le comte de Gloucester qui est fils bâtard du roi Henri I. Le roi Henry avait demandé avant sa mort aux barons d’Angleterre, y compris Robert, Stephen, et Bartholomew, comte de Shiring, de soutenir l’accession au trône de sa fille, Maud l’Emperesse. À la mort d’Henry, cependant, Stephen s’empare du trône. Francis sait que son maître et le comte Bartholomew projettent une insurrection armée contre Stephen; pensant que Stephen aurait une meilleure relation avec l’Église, il demande à Philip de trouver un moyen de prévenir Stephen, éventuellement par l’entremise de l’évêque de Kingsbridge. Comme il ne peut pas rencontrer l’évêque, Philip révèle ce secret à son archidiacre, le rusé et ambitieux père Waleran Bigod. Le père Waleran s’empresse d’aller dévoiler l’affaire à sir Percy et lady Megan, suggérant qu’ils peuvent s’attirer les faveurs de Stephen en arrêtant le comte Bartholomew avant qu’il ne puisse mettre son projet à exécution.

 

 

 

Les Hamleigh, humiliés par le refus d’Aliena d’épouser William, sont trop heureux de pouvoir causer la chute de son père. Ils réussissent à prendre par la ruse le château du comte, qui est arrêté et envoyé à Winchester pour y être jugé. Aliena et son frère Richard restent au château de leur père, incertains de l’avenir et ne sachant que faire. Sir Percy est nommé comte de Shiring en récompensé de ses actions. William est envoyé au château pour y préparer l’installation de ses parents. Trouvant Aliena et Richard dans les lieux, il viole Aliena et force Richard à regarder son crime. Le frère et la sœur réussissent à s’échapper en volant les chevaux de William et de son serviteur Walter. Aliena parvient à rencontrer le comte Bartholomew, proche de la mort dans sa geôle. Bartholomew demande à Aliena prêter serment et de jurer qu’elle n’aura pas de repos avant que Richard ne devienne comte et récupère les terres sur lesquelles il a régné. Sans le sou et abandonnée de tous à l’exception de son frère, Aliena envisage de se lancer dans le commerce de la laine, et rencontre le prieur Philip, qui accepte de lui acheter sa laine à un prix honnête. Le prieur achète la laine d’Aliena avant qu’elle l’ait achetée aux éleveurs de moutons, ce qui permet à la jeune fille d’acquérir des liquidités pour commencer son commerce, et en échange il obtient la laine à un prix très avantageux. Par la suite, Ellen et Tom s’installent ensemble, sans être mariés, et Jack tombe amoureux d’Aliena.

 

 

 

L’histoire avance alors de 4 ans. Le prieur Philip a réussi à faire de Kingsbridge une ville prospère, mais la guerre qui fait rage entre Maud et le roi Stephen limite son développement. Sous la tutelle de Tom, Jack est devenu un talentueux tailleur de pierre et le chantier de la cathédrale avance bien. William Hamleigh et le frère d’Aliena, Richard, combattent tous les deux pour Stephen, financés l’un par le comté de Shiring et l’autre par le commerce fructueux d’Aliena. Pendant l’été, Aliena tombe amoureuse de Jack. La rivalité entre Alfred et Jack n’est pas allée en s’atténuant et, au terme d’une dispute arrosée, Tom est contraint de renvoyer l’un deux. Jack est renvoyé mais a l’opportunité de demeurer à Kingsbridge en devenant le contremaître du chantier sous le contrôle de Philip, à condition de devenir moine. Quand sir Percy meurt, William s’aperçoit que les finances du comté sont au plus bas, en partie parce que le commerce de Kingsbridge empiète sur celui de Shiring. William attaque alors Kingsbridge, brûlant une grande partie de la ville et notamment le commerce d’Aliena. Tom est tué dans l’attaque. Aliena, qui n’a plus de revenus pour financer l’équipement de son frère à demeurer chevalier, est contrainte d’épouser Alfred, devenu un riche maître maçon, en échange de son engagement à payer les dépenses de Richard. Elen aida son fils à sortir du cachot où il était lui-même conçu. Aliena fait l’amour avec Jack juste avant d’épouser Alfred, et Jack quitte l’Angleterre, le cœur brisé. Ellen maudit le mariage d’Aliena et d’Alfred.

 

 

 

Alfred persuade Philip de le laisser remplacer le toit en bois de la cathédrale par une voûte de pierre. Les murs ne sont pas assez solides pour ce projet et l’église s’effondre, tuant 79 personnes le jour de sa consécration. Dans les ruines, Aliena donne naissance à un bébé dont les cheveux roux ne laissent subsister aucun doute sur l’identité du père. Fou de rage, Alfred la jette dehors. Ellen va trouver Aliena et lui conseille de partir à la recherche de Jack, qui s’était mis en route vers Compostelle pour trouver du travail. Pendant son pèlerinage, Jack a rencontré des savants et des mathématiciens maures à Tolède et a participé à la construction de la basilique de Saint-Denis près de Paris, ce qui lui a permis d’apprendre à édifier des croisées d’ogives et des ogives. Aliena le retrouve à Saint-Denis. En passant par Cherbourg, Jack apprend que son père venait de cette ville de « Cherbourg», et il y rencontre sa grand-mère, des cousins et des membres de sa famille. Revenant à Kingsbridge avec un coffre plein de pièces de monnaies et la statuette de la Vierge qui pleure, qu’il a reçue en cadeau de son ami Rachid Eharoun. Tout dont il a besoin pour  reconstruire la cathédrale, il est nommé maître maçon ; malheureusement le prieur Philip ne peut pas unir Jack et Aliena, puisqu’elle est toujours mariée à Alfred mais le mariage n’a jamais été consommé. Philip ordonne qu’ils vivent séparés jusqu’à ce que le mariage d’Alfred et d’Aliena soit invalidé, ce qui d’après lui ne devrait pas prendre plus d’un an. Sept ans plus tard, l’évêque Waleran Bigod et les Hamleigh forment une équipe décidée à œuvrer pour le déclin de Kingsbridge et l’éviction de Philip et d’Aliena. Ils ont tenté d’édifier une cathédrale à Shiring mais ont dû abandonner le projet faute de moyens. Jack et Aliena vivent toujours séparés, car Waleran empêche l’archidiocèse de Cambridge de déclarer nul le mariage d’Aliena. Alfred s’est installé à Shiring où il construit des maisons, mais retourne à Kingsbridge, appauvri, quand le travail vient à manquer ; en mémoire de Tom, Jack lui donne un travail à la cathédrale.

 

 

 

Richard a rejoint l’armée du fils de Maud, Henri, comte d’Anjou, qui appuie ses prétentions au trône d’Angleterre. Quand Henri envahit l’Angleterre avec son armée, il parvient à un accord avec Stephen: il succédera au roi, et toutes les propriétés du royaume devront revenir à ceux qui les possédaient avant l’avènement de Stephen – y compris le comté de Shiring. Richard, considéré par les habitants de la région comme le « comte légitime », a beaucoup de hors-la-loi (des paysans chassés), sous sa bannière, mais des forces insuffisantes pour reprendre le château de Shiring tenu par William. Aliena se lie d’amitié avec la jeune épouse de William, Elisabeth, et aide Richard à prendre le château, réussissant enfin à tenir la promesse qu’elle avait faite à son père. Par la suite, Alfred succombe à sa jalousie envers Jack et à sa concupiscence envers Aliena. Il tente de la violer et Richard, qui surprend la tentative de viol, le tue. William Hamleigh, qui est entre-temps devenu shérif de Shiring, veut arrêter Richard mais le prieur Philip obtient de Stephen le pardon de Richard en échange d’un départ pour la croisade. Richard échappe ainsi à William et laisse Aliena diriger le comté. Libérée d’Alfred, elle peut enfin épouser Jack.

 

 

 

De nombreuses années passent. La cathédrale de Kingsbridge est enfin achevée, dans le “style français”, et devient connue à travers toute l’Angleterre pour sa beauté. C’est la première cathédrale gothique en Angleterre. Jack a résolu un problème épineux – les contraintes exercées par le vent provoquaient des fissures dans le triforium – en inventant l’arc-boutant. C’est alors que l’évêque Waleran accuse publiquement Philip de népotisme et de rupture du vœu de chasteté. Il allègue que Jonathan, l’enfant que Tom le bâtisseur a abandonné et qui a été recueilli et élevé par les moines, serait le fils illégitime de Philip. Jack fait le lien entre Jonathan et le bébé abandonné de Tom ; Ellen intervient alors et jure devant la cour que Jonathan est le fils de Tom. L’évêque Waleran l’accuse de mentir sous serment, elle l’accuse en retour de parjure ayant causé la mort de son amant, le père de Jack. On apprend alors que Percy Hamleigh, Waleran Bigod, et l’ancien prieur de Kingsbridge, James, ont planifié ensemble l’élimination de Jack Shareburg pour dissimuler le fait que le naufrage de la Blanche-Nef masquait un assassinat organisé par les barons qui, en éliminant le seul héritier mâle direct du roi, voulaient semer le désordre en intronisant un roi qu’ils pourraient facilement contrôler. Sali par ce scandale, Bigod vit le restant de ses jours comme un humble moine.

 

 

 

William Hamleigh, quant à lui, arrive à sa fin. Il rejoint un groupe qui veut assassiner l’archevêque de Cantorbéry, Thomas Becket. Le prieur Philip se trouve avec Becket quand l’assassinat a lieu. Témoin de la scène, il profite des sentiments de rage et d’injustice éprouvés par la population et lui-même pour conduire une « croisade » contre les « barbares qui ont commis ce crime horrible », élevant Becket au rang de saint et de martyr. Hamleigh est arrêté par le fils d’Aliena, accusé de sacrilège, jugé et pendu pour avoir porté la main sur un prêtre, primat d’Angleterre et de plus dans sa cathédrale. Le Pape jette l’interdit sur les possessions normandes d’Henri, jusqu’à ce que le roi Henri se repente et soit symboliquement flagellé par les évêques d’Angleterre, dont Philip (devenu évêque de Kingsbridge). À la fin, l’auteur conclut qu’avec la soumission du roi à cette humiliation, l’autorité royale n’est plus absolue.

 

 

 

Trois principaux évènements perturbateurs initient les intrigues.

 

 

 

1-      La construction de la cathédrale de Kingsbridge, un enjeu économique et politique très important : elle donnerait à la ville de Kingsbridge un prestige (et par là même une prospérité) considérable. Elle est pour cela voulue par le prieur Philip, qui affrontera avec détermination tous les obstacles financiers, matériels et politiques qui s’y opposeront. C’est aussi la passion de l’honnête bâtisseur Tom, et plus tard celle du fils de Ellen, Jack. Or, l’évêque Waleran voit d’un mauvais œil cette puissance naissante susceptible d’échapper à son contrôle et de lui faire de l’ombre ; en cela ses intérêts convergent avec ceux de William Hamleigh, fou de rage à l’idée de voir Kingsbridge acquérir une importance économique qui ne pourrait que nuire à ses intérêts.

 

2-      Les ambitions d’une famille de petite noblesse, les Hamleigh, pour la possession du prospère comté voisin de Shiring (au départ gouverné par le comte Bartholomew). Suivent les manœuvres de cette famille, opposée aux héritiers légitimes Aliena et Richard pour acquérir (ou conserver) le contrôle de ces terres.

 

3-      Survient ensuite la guerre civile, entre les deux héritiers Stephen et Maud, qui dresse de nouveaux obstacles et exacerbe les tensions dans la région. Car les protagonistes se retrouvent embarqués dans ce conflit, et se disputent la bienveillance du camp qu’ils soutiennent.

 

On peut ainsi relever deux camps principaux :

 

 

 

  • Celui du prieur Philip, des héritiers Aliena et Richard et de la famille de bâtisseurs (Tom, Jack et Ellen). Favorable à la construction de la cathédrale de Kingsbridge et à la reconnaissance de Richard comme comte de Shiring.

 

  • Celui de l’évêque Waleran et des Hamleigh, qui cherchent (par tous les moyens) à empêcher leurs adversaires d’arriver à leurs fins.

 

À noter que ces protagonistes ne sont pas réellement affiliés dans la guerre civile, au sens où ils cherchent les faveurs du camp le plus puissant (or chaque côté a tour à tour l’avantage dans cette guerre).

 

 

Lire plus de commentaires sur Les piliers de la terre sur Amazon.

 

Coût du livre : 5 $

 

Nombre de pages : 1200

 

Temps pour le lire : 26H

 

Acheter « Les piliers de la terre » sur Amazon :

 

Comment renouveler votre permis de chauffeur de taxi

 

#taximontrealLe permis de chauffeur de taxi («Pocket») est renouvelable chaque deux ans.

Celui-ci doit être renouvelé avant la date d’échéance, c’est-à-dire avant qu’il ne soit expiré, pour continuer d’exercer. Sinon vous avez deux ans moins un jour pour le renouveler, selon les conditions, sans perdre vos droits. Sinon, vous allez devoir recommencer votre formation de chauffeur de taxi, acquitter les frais etc…

Pour effectuer le renouvellement de votre permis et selon les exigences du règlement sur le transport par taxi (RCG 10-009) de la ville de Montréal :

Vous devez vous présenter au Bureau Taximontréal MTL BTR (Bureau du taxi et du remorquage)

situé au 4949, rue Molson à Montréal pendant les heures d’ouverture du bureau soit du lundi au jeudi de 8h30 à 16h00 et vendredi de 9h00 à 16h00.

Il est à noter que le Bureau Taximontréal BTR est fermé les fins de semaine et les jours fériés.

Vous devez avoir en main :

  1. Votre permis de chauffeur de taxi («pocket») encore valide,
  2. Votre permis de conduire 4C ou plus encore valide,
  3. Et si vous faite du transport adapté avec la STM et que vous désirez toujours de continuer d’en faire, vous devez alors vous munir d’un certificat de recherche négative(il est obligatoire à tous les chauffeurs de taxi depuis fin 2014) autrement dit un casier judiciaire vierge, datant de moins de trois mois que vous devez obtenir auprès d’un poste de police sur présentation de pièces d’identité valide et faire un paiement de 67$ 105$… et ce à tous les deux ans!
  4. Un paiement de 112 $, droits exigibles pour le renouvellement du permis du chauffeur de taxi («pocket»). Les modes de paiement acceptés :
  • Argent comptant (Cash),
  • Cartes débits,
  • Chèques visés ou personnels.

Il est à noter que les cartes de crédits ne sont pas acceptées.

  1. Vous devez présenter une preuve comme quoi vous avez suivi et réussi deux jours de cours de formation continue, tel que exigé par le règlement sur le transport par taxi (RCG 10-009) de la ville de Montréal  par son article73 amendé.

Article 73

Pour obtenir le renouvellement de tout permis de chauffeur, le requérant doit démontrer qu’il a suivi l’équivalent de 2 jours de formation sur une ou des matières approuvées par le Bureau ou visées par le paragraphe 2° de l’article 27 de la Loi, durant la période de validité de son permis.

 

Donc, avant de vous présenter au BTR pour renouveler votre «Pocket», vous devez avoir pris contact avec l’une des deux écoles reconnues de la grande région de Montréal, dont une publique et l’autre privée.

Vous pouvez obtenir les coordonnées de ces écoles en cliquant ICI.

Les chauffeurs de taxi doivent suivre 2 jours de formation?

En ce moment, vu que la subvention allouée par le ministère aux deux écoles de la grande région de Montréal, est terminée et en attendant qu’elle soit renouvelée (espérant que Oui) car sinon au lieu qu’un chauffeur débourse 25 $, il déboursera alors, 90$.

Donc, vous n’avez qu’à appeler l’une des écoles pour vous inscrire sur la liste d’attente et ainsi vous pouvez aller renouveler votre «pocket» sans avoir suivi la formation de deux jours ni acquitter les frais de 25$.

L’école s’en charge d’envoyer au BTR la liste des personnes inscrites sur cette liste d’attente et quand vous vous présenterez au BTR, la personne à l’accueil vérifiera la présence de votre nom sur la fameuse liste et le tour est joué.

Quand les cours seront de nouveau disponibles, l’école communiquera avec vous pour vous informer des dates des cours.

Maintenant que votre permis de chauffeur est renouvelé et à la discrétion de chaque personne, est-il vraiment nécessaire de suivre cette formation de deux jours?

Je vous repose la question est répondez en laissant un commentaire ou en cliquant ici.

Est-il vraiment nécessaire de suivre cette formation de deux jours?

 

Les 3 qualités qui distinguent les chauffeurs de taxi que vous devez savoir

taxi2Retour sur l’incident survenu dimanche dernier en après-midi au vieux Montréal :

Comme vous l’avez probablement vu à la télé ou lu dans les journaux.

Un accident spectaculaire causé par un chauffeur de taxi travaillant pour la compagnie ATLAS, faisait un bilan de trois blessé légers dont une jeune fille transportée par les véhicules d’urgence pour des douleurs aux jambes , deux véhicules accrochés et lampadaire endommagé. Le véhicule de marque Toyota Camrey est gravement endommagé.

On s’entend que l’accident aurait pu arriver avec n’importe quel chauffeur de n’importe qu’elle compagnie.

Les raisons de l’accident n’ont pas été encore déterminées pour savoir qu’est ce qui arrivé exactement,  que des suppositions et des jugements se répètent un peu partout, en spéculant sur les chauffeurs et les taxis.

Laissant la police faire son travail, elle déterminera les causes exactes de l’accident. Si le chauffeur est tenu responsable, il répondra de ses actes devant la justice. Si la perte de contrôle de son véhicule est causé par un malaise ou un bris mécanique ou l’état de la chaussé ou autres raison, on le saura à ce moment- là.

Pourquoi nuire à l’industrie du taxi à Montréal qui souffrent déjà beaucoup?

C’est vrai que les chauffeurs de taxi travaillent beaucoup et fort pour arriver à joindre les deux bouts, vu tous les obstacles qui nuisent à cette industrie.

Les 3 qualités qui distinguent les chauffeurs de taxi que vous devez savoir :

 

1-      Ils sont des héros de la route : Il est important de savoir que ces chauffeurs de taxi sont des héros de la route. Ils sauvent des vies, à chaque fois que des occasions se sont présentées, ils ont même donné naissance à des vies dans leurs véhicules taxi, ils s’adaptent à la conduite hivernale et à plusieurs reprises servent d’accompagnateurs aux personnes âgé.

2-      Ils sont de vrais professionnels : Oui! Ils sont des professionnels qui connaissent très bien leur métier difficile. Ils observent les Lois et règlement qui régissent le transport par taxi, le Code de la route et les règlements de la compagnie avec laquelle ils travaillent.

3-      ils offrent un excellent service à la clientèle : La qualité du travail des chauffeurs de taxi est visible dans l’excellent service qu’ils offrent à leurs clients. D’ailleurs, à toutes les deux années, au renouvellent du permis de chauffeur de taxi, tous les propriétaires d’un tel permis doivent suivre deux jours de formation de mise à niveau pour parfaire leurs compétences.taxi1

 

Un taxi rose à Montréal

Avez-vous remarqué des taxis roses qui sillonnent les rues de Montréal depuis quelques mois déjà?

En tous les cas, ils se sont bien démarqués de tous les autres taxis, en décidant tout simplement, de peinturer leurs taxis de marque Toyota Camri de couleur rose.

Ils sont bien visibles et ils ne passent jamais inaperçus.

Ces taxis affiliés à la compagnie Diamond (maintenant racheté par Teo-Taxi) ont su innover, en choisissant la couleur rose pour leurs taxis.

Les conducteurs sont-ils des femmes?

Non! ce sont des hommes. Je les ai vu et croisé à plusieurs reprises à Montréal.

Est ce qu’ils se sont inspirés des «Pinks Ladies Cabs»?

Pinks Ladies Cabs

Pinks Ladies Cabs est une idée bien originale qui nous viennent de la Grande Bretagne.

Il s’agit de taxis de couleur rose, réservées, exclusivement, pour transporter des femmes. En plus, ces véhicules taxi sont conduits, exclusivement par des femmes.

C’est un moyen innovateur et hors du commun de permettre aux femmes de se déplacer en taxi, de jour comme de nuit, en beau temps et en mauvais temps, en toute sécurité et de se rendre à bon port, sans soucis, aucun!

Ce phénomène de taxis roses commence à apparaitre un peu partout, dans différentes grandes villes du monde.

En 2014, si la tendance se maintient, la nouvelle mode dans l’industrie du taxi sera les taxis roses.

Quant à notre fameux taxi rose de Montréal est-il un adepte des «Pinks Ladies Cabs»?

C’est ce que je vais tenter de vous révéler, et beaucoup d’autres réponses, dans une entrevue avec un des taxis roses de Montréal, dans les prochains jours.

Denis Codère travaille à améliorer la sécurité des chauffeurs de taxi

denis codereLe nouveau maire de Montréal, Denis Codère, travaille fort pour améliorer la sécurité des chauffeurs de taxi de Montréal.

Le nouveau maire de la métropole a toujours voulu une ville intelligente et je crois qu’il est entrain de rendre Montréal intelligente pour vrai.

  • Il n’ a pas emprunté mille chemins pour finir avec la prostitution dans les salons de massage de Montréal, en réglementant cette industrie;

 

  • Il ne s’est pas gêné, non plus de transporter le problème de l’itinérance à Montréal au gouvernement du Québec pour qu’il agisse sur un tel sérieux phénomène, au lieu de fuir en avant, avec de faux problèmes, sans aucune valeur ajoutée pour la communauté;

 

  • E aujourd’hui, le maire de la métropole, Denis Codère, a franchi un pas de géant en mandatant la commission des transports de la ville de Montréal la CTVM de tenir des consultations publiques sur les meilleures façons pour améliorer la sécurité des chauffeurs de taxi à Montréal.

 

Deux mois, seulement, après l’assassinat du chauffeur de taxi Ziad Bouzid, survenu en novembre dernier dont la police tarde à rendre public les mobiles de ce crime odieux.

 

D’ici juin 2014, la commission de transport de la ville de Montréal CTVM devrait arriver avec ses propositions et recommandations pour assurer une meilleure protection aux chauffeurs de taxi.

Le meilleur point que le maire Codère a soulevé est celui d’apporte un changement au règlement qui régis le service de taxi à Montréal, afin de rendre obligatoire les recommandation de la commission. Voila une façon intelligente de faire pour que l’ensemble des chauffeurs et propriétaires de taxis adhèrent, sans faute, aux nouvelles exigences en matière de sécurité.

Ceci fera toute une différence dans le quotidien des chauffeurs de taxi montréalais.

La sécurité de tous les chauffeurs n’a pas de prix. Ni l’argent, ni les études théoriques et statistiques ne doivent influencer les décisions de la commission quant à ses choix et recommandations.

D’ailleurs, aller sur le terrain, rencontrer et poser directement la question aux chauffeurs en action sur leur meilleur truc pour améliorer leur sécurité. Je suis convaincu que tous, sans exceptions, opteront pour une vitre blindée.

 

 

 

La conduite hivernale

 

Pour vous les chauffeurs de taxi, il est important que vous soyez prêt pour la grande saison hivernale qui a commencé tôt cette année et qui s’annonce rude.

 

 

Il important de bien chaussé les voitures taxi de pneus d’hiver de qualité. Même si la loi ne nous oblige pas à le faire avant e 15 décembre, mais pour votre sécurité et celle des autres, vous les héros de la route, de jour et de nuit,

  • chaussez vos véhicules de pneus de qualité,
  • inspecté vos véhicule
  • et soyez prêt à servir comme vous l’avez toujours fait avec fierté.

 

Adaptez votre conduite aux conditions hivernales car les routes sont vraiment glissantes. Ces derniers jours, comme vous l’avez constaté.

 

Voilà un cocktail dangereux et qui nécessite une prudence accrue :

 

  • Les quantités de neige importante que nous avons reçues, ces derniers jours,
  • Des températures extrêmes et glaciales;
  • Les pluies verglaçantes
  • Et la glace noire.

 

 

Soyez alertes, patients et rappelez-vous qu’on se partage la route avec les autres usagers de la route.

 

Avec les opérations de déneigement qui font que beaucoup de machinerie lourdes, grand et longs camion qui encombrent déjà les routes serrées, vous n’avez qu’a doublez de vigilance.

 

Espace-taxi vous souhaite une bonne saison fructueuse et sécuritaire, à tous les chauffeurs.

 

Bonne route et Bonne année 2014.

Un chauffeur de taxi assassiné

ziad bouzid

Un chauffeur de taxi â gé de 45 ans, de nom Ziad Bouzid, a été tué d’une balle dans la tête avec un fusil de chasse, la nuit de mardi à mercredi   vers minuit quinze, à Montréal dans le cartier de Côte-des-Neiges sur la avenue Darling, proche de chemin Côte-Ste-Catherine.

 

Le chauffeur a répondu à l’appel envoyé par l’intermédiaire en service Taxi Diamond d’aller chercher des clients, un homme et une femme, du Team Horton du boulevard de la côte-de-Liesse, proche de l’aéroport de Montréal à Dorval vers le quartier Côte-des-Neiges.

 

Le crime crapuleux a été commis par le  suspect Michel Duschaussoy, âgé de 43 ans et habitant le cartier de Côtes-Des-Neiges.

 

Il  a été arrêté jeudi à 19 :05 sur la rue Nobel par la police de l’agglomération de Longueuil dans l’arrondissement de Boucherville sur la rive sud de Montréal. Il est accusé de meurtre non prémédité.

 

L’accusé Michel Duschaussoy  est à sa deuxième fois à faire usage d’une arme à feu contre quelqu’un.

 

Il a déjà fait feu sur un homme dans le passé, il y a de ça vingt ans 20 ans.

 

L’arme du crime a été retrouvée par la SPVM. Il s’agit d’un fusil à pompe «shotgun».

 

Le mobile du crime demeure inconnu, pour le moment. La thèse du vol de la victime a été écartée par les services de police.

 

Qui est Ziad Bouzid?

 

Il est né à Belcourt dans la ville d’Alger en 1968. Il est d’un père algérien et d’une mère tunisienne.

 

Il a étudié à l’université de Bab-El-Zoauar, où il a obtenu le diplôme d’ingénieur en mécanique.

 

En Algérie, il a exercé comme ingénieur à la SNCF (société nationale des chemins de fer algérienne).

 

Avec la détérioration de la situation sécuritaire, sociale et politique, il a immigré au canada en 2002.

 

Aujourd’hui, il est citoyen canadien. Comme il n’a pas trouvé un travail décent à sa juste valeur, il a opté pour le taxi.

 

Il travaillait avec la compagnie Diamond comme chauffeur de taxi depuis plus de cinq ans. Il est connu comme un homme gentil, travaillant et respectueux.

 

Ici au canada, Ziad Bouzid laisse derrière lui une veuve et trois enfants mineurs. En Algérie, il laisse parents, frères et sœurs en deuil.

 

Son assassinat a soulevé colère et indignation. M. Ziad Bouzid est le second chauffeur de taxi d’origine algérienne tué depuis trois ans.

Toutes les pensées à la famille de Ziad Bouzid, sa femme et ses enfants.

 

La sécurité des chauffeurs de taxi inquiéte

 

Ce crime crapuleux vient nous rappeler que la sécurité des chauffeurs de taxi à Montréal est inquiétante.

 

Il est temps que l’industrie du taxi bouge pour mettre un terme à cette situation qui s’éternise et d’adopter les moyens efficaces, en prenant exemple sur les grandes métropoles.

 

Voici quelques suggestions :

  • Utiliser une séparation blindée entre le chauffeur et les clients.
  • Interdire aux clients de s’assoir en avant
  • Installer, en plus, des caméras des barrières de sécurité (vitre pare-balles).

 

Le chauffeur perdra une place mais il gagnera la vie et c’est ce qu’il y a de mieux.

L’installation des caméras, seulement, c’est bien mais en plus, avoir  la répartition en vitre blindée, c’est encore mieux.

 

Le but : Une vraie sécurité.

 

Oui, les cameras dissuaderont certains mais pas des drogués qui se baladent avec des armes à feu.

 

Le but n’est pas, seulement, de diminuer l’agression des chauffeurs de Taxi ou encore de permettre aux policiers d’arrêter les criminels qui commettent des méfaits sur eux mais de cesser, définitivement, l’agression et l’assassinat des chauffeurs de taxi.

 

Les autorités concernées, à savoir, le Bureau du Taxi et du Remorquage, la Commission des Transports et le ministère des transports doivent rendre obligatoire l’installation des caméras et des répartitions en vitre pare-balles pour tous les véhicules taxi, le plus tôt possible.

 

C’est aux chauffeurs de taxi de décider du moyen efficace qui assurera leur sécurité et non les intermédiaire en service ni les politiciens qui décideront pour eux.

 

Êtes-vous de mon avis? Que pensez-vous de ce crime gratuit? Quelle solution proposez-vous pour assurer la sécurité des chauffeurs de taxi?

Élections municipales du 3 novembre 2013 : Silence et indifférence des candidats au regard de l’industrie du taxi à Montréal

courrez Aucun candidat aux élections municipales du 3 novembre 2013, à l’exception de l’équipe Marcel Côté, n’a osé aborder et parler de ses positions en  ce qui a trait à l’industrie du taxi à Montréal.

 

Les sites des candidats n’en parlent pas et n’offre aucune possibilité de leurs faire part de nos préoccupations, à moins que vous ne soyez censurer ou ignorer.

 

Il est important de le rappeler que depuis quelques années déjà que cette industrie reçoit coup sur coup avec l’avenue des transports alternatifs qui poussent comme des champignons à Montréal et crée un déséquilibre, toujours au détriment du taxi.

 

L’industrie du taxi de la grande région métropolitaine subit ses concurrents directs, soit, l’autobus 747 de la STM vers l’aéroport international de Montréal à Dorval, Comuneauto, Bixi et tout récemment, Car2Go.

 

L’équipe de Marcel Coté a pris position en tenant le Taxi un partenaire pour le transport en commun, à part entière  et chaque candidat clé a exprimé sa vision de l’industrie et des intervenants. Voici ce qui a été dit par chaque candidat :

 

Marcel Côté, chef de Coalition Montréal et candidat à la mairie :

 

  • «Depuis quelques années, les modes de transport alternatifs se multiplient à Montréal et la Ville accordera la même considération à l’industrie du taxi. Je crois qu’il est plus que temps que cette industrie devienne, elle aussi, un partenaire à part entière du transport collectif montréalais. Pour ce faire, j’entends lui témoigner le respect qui lui revient comme partenaire de la Ville. Ce respect doit se manifester chez les élus, chez les fonctionnaires et chez les policiers. Il doit aussi s’illustrer par une amélioration de la collaboration entre le Bureau du taxi et la Société de transport de Montréal ainsi que par une multiplication de l’offre de services de taxi collectif et l’implantation du taxi-partage. »

 

 

  • « Hier, le premier service de taxi-partage a été déployé. Il s’agit d’une excellente nouvelle pour les Montréalais, qui pourront ainsi réduire simultanément le coût de leur course et leurs émissions de gaz à effet de serre. Nous soutiendrons cette initiative. Mais à Coalition Montréal, nous souhaitons aller encore plus loin en misant sur les taxis collectifs. Certaines lignes d’autobus de la STM sont déficitaires. Nous souhaitons y implanter des trajets de taxi collectifs de manière à offrir un service performant, mais moins coûteux, aux Montréalais. Cette solution est d’autant plus pertinente que la Société anticipe un déficit d’exploitation de 15 millions de dollars en 2013 et de 60 millions en 2014. Des sommes qui devront être déboursées par la Ville de Montréal »

 

 

  • « Au cours des prochaines années, les travaux de réfection de nos infrastructures multiplieront les chantiers à travers Montréal et, par le fait même, la congestion. Les Montréalais doivent opérer un changement vers les modes de transport collectifs. Mon équipe et moi sommes persuadés que l’industrie du taxi a un rôle à jouer pour compléter l’offre de transport de la métropole »

 

Louise Harel, codirectrice de Coalition Montréal et candidate au poste de conseillère :

  • « Au cours de mon précédent mandat, j’ai travaillé activement pour redonner aux propriétaires et aux chauffeurs de taxi le rôle qui leur revient dans la gestion, la performance et le développement d’une industrie essentielle à toute grande métropole dans le cadre du nouveau Bureau de taxi. »

 

 

  • « Je souhaite maintenant m’assurer que ce mode de transport est mieux intégré dans la planification des déplacements sur l’île. Mais pour qu’une telle planification d’ensemble soit possible, des liens durables doivent être établis entre l’industrie du taxi et la Société de transport de Montréal (STM). Nous nous engageons donc à ce qu’un représentant de l’industrie siège au conseil d’administration de la STM, ce qui nécessitera une modification à la Loi sur les sociétés de transport en commun. Je suis persuadée que davantage de collaboration entre la STM et l’industrie du taxi améliorera l’intermodalité à Montréal».

 

Soraya Martinez, candidate à la mairie d’arrondissement :

 

« Les taxis collectifs sont également une manière concrète de mettre à profit l’industrie du taxi pour bonifier l’offre de transport collectif dans les zones où l’achalandage est plus faible, et ce, à faible coût pour les Montréalais. Dans certains secteurs de l’île de Montréal, la planification d’une offre de taxis collectifs s’avérerait une solution avantageuse pour tous »

 

Élias Bitar candidat au poste de conseiller d’arrondissement :

« Les propriétaires et les chauffeurs de taxi peuvent compter sur Marcel Côté afin d’exercer le leadership nécessaire dans ce dossier. Le taxi est un tremplin professionnel important pour de nombreux Montréalais. Toutefois, les conditions dans lesquelles ils exercent leur métier doivent être améliorées afin que leur travail soit reconnu à sa juste valeur. Le taxi contribue beaucoup à l’offre de services touristiques de la métropole, en plus d’offrir un service rapide et de bonne qualité pour les Montréalais »